Experts-Comptables : Des Constats – LinkedIn – Partie 1/2

J’ai aujourd’hui une certaine expérience sur LinkedIn et j’adresse votre profession régulièrement par ce média, notamment pour des prises de contact, favorisant la communication que je souhaite promouvoir.

Quelques constats :

Une profession qui s’intéresse « au numérique », et s’il y a bien une profession qui s’est ouverte aux numériques, et bien avant les autres, c’est celle des professionnels du chiffre. C’est une des professions qui compte plus d’ordinateurs que de personnel.

A noter que l’entreprise et notamment les TPE suivent le mouvement. Voici deux études à 3 ans d’intervalle oct. 2011 et mars 2014 : c’est l’occasion ou jamais de tordre le coup à l’idée que les entreprises françaises sont toujours à la traîne. Il est vrai que nous avons une propension dans notre beau pays à mettre en avant tout ce qui ne va pas, rarement le contraire.

Une profession ayant une forte appétence aux numériques

Une profession ouverte à l’entreprise et à son évolution. L’expert-comptable est l’analyste de l’économie réelle en continue, il est avec son client, il est disponible, à l’écoute. De fait, il ne lui a pas échappé l’existence même des réseaux sociaux, il s’y connecte et répond facilement aux invitations.

Que je vous raconte une histoire :

15 août, 2017, la France au ralenti… 3h00 d’attente au bac de Royan pour rejoindre Soulac sur mer. J’ai le temps d’inviter sur LinkedIn et de surcroît je suis bloqué, donc autant s’occuper. Après avoir privilégié des « cibles markets » d’avril à juillet, je me concentre sur mon cœur de métier soit : l’Expertise comptable, avec un choix, celui d’adresser les experts-comptables au sein d’un groupe LinkedIn. Je le fais individu par individu, via un message semi-personnalisé. 80% des invitations envoyées ce jour-là ont été validées dans les 3h00, un 15 aout entre 12:30 et 15:30.

Disponibilité du cerveau ? Profession à l’affut ? Je n’ai pas de réponse. Ce que je peux par contre affirmer : il n’y a pas, à mon sens et par mon expérience, de jour plus favorable qu’un autre pour inviter, n’en déplaise à certains spécialistes des réseaux sociaux, pertinents par ailleurs dans leurs analyses.

Donc des professionnels qui s’y mettent et qui acceptent les invitations,

Mais :

A peine 1% ont profité de cette invitation pour interagir, alors que sur la cible s’intéressant au social selling que j’avais contacté massivement précédemment, ce n’était pas loin de 20% qui profitait de mon invitation pour interagir avec moi, allant d’un simple merci à « en quoi puis je vous aider ».

Des professionnels qui s’intéressent aux articles, aux posts … mais ce n’est pas pour autant qu’ils vont « liker », commenter, partager. Comme s’ils craignaient quelque chose, quelqu’un, comme s’ils venaient à s’exprimer, ils donnaient une information stratégique à leur confrère-concurrent.

Où est le problème ? Et bien vous allez le découvrir dans le prochain article.

 Patrick Gaudin

 

©Rawpixel | Unsplash

Laisser un commentaire